Les catégories de Parties

UNFCCCLes droits et les obligations ne sont pas les mêmes pour chacune des Parties. La Convention distingue deux catégories de Parties :

  • Pays industrialisés (classés à l'Annexe I) :
    Il s'agit des pays qui historiquement ont le plus contribué aux changements climatiques. Les émissions par habitant y sont plus élevées que dans la majorité des pays en développement. Ces pays industrialisés disposent en outre d'une plus grande capacité financière et institutionnelle pour lutter contre les changements climatiques et leurs causes. Ce groupe de pays a été subdivisé en deux catégories :
    • les pays qui appartenaient à l'Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE) au moment de l'entrée en vigueur de la Convention et devaient mettre des moyens financiers additionnels à disposition des pays en développement (repris dans l'Annexe 2).
    • les pays ayant une économie de transition.
  • Pays en développement (ne figurant pas à l' Annexe I):
    Il s’agit des pays qui, au moment de la conclusion de la Convention, étaient moins développés sur le plan économique et qui ont donc, d’un point de vue historique, beaucoup moins contribué aux changements climatiques. Leur capacité financière et institutionnelle pour s’attaquer aux causes ou pour lutter contre les conséquences des changements climatiques est souvent moindre, voire inexistante.

Ces deux catégories de Parties ont des obligations différentes

Cette dichotomie ne reflète plus la situation actuelle depuis un moment. Au cours de ces deux dernières décennies, un certain nombre de pays dits «émergents» ont enregistré une forte croissance économique, accompagnée d’une hausse équivalente des émissions de gaz à effet de serre. Sans efforts significatifs de la part de ces pays, il sera impossible de freiner les changements climatiques et de maintenir les limites fixées.

Il a dès lors été décidé en 2011 de créer l’ADP (groupe de travail ad hoc de la plateforme de Durban), dont l’objectif est de négocier pour 2015 un nouvel accord  qui entrera en vigueur en 2020 et qui s’appliquera à tous les pays.