Les objectifs de réduction

Pour respecter les objectifs de température de l'Accord, les Parties devront s'efforcer d'atteindre au plus vite un "pic" des émissions mondiales. Les émissions devront ensuite diminuer (très) rapidement, conformément aux meilleurs acquis scientifiques disponibles (une référence explicite aux analyses du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC) afin de parvenir au cours de la seconde moitié du siècle à un équilibre entre les émissions et l'absorption par les puits de carbone (sinks).

L'objectif mondial de réduction des émissions n'a donc finalement pas été chiffré dans l'Accord, certes, mais la référence à un fondement scientifique des réductions d'émissions nécessaires offre une très bonne base pour des actions futures.  La limitation de l'élévation de température à maximum 2°C au-delà du niveau préindustriel implique en effet, selon le GIEC, que les émissions mondiales devront diminuer de moitié d'ici 2050 (par rapport à 1990) et que dans la seconde moitié du siècle, le monde devra évoluer vers zéro émission.  Le GIEC devra en outre examiner d'ici 2018 de quelle manière il est possible de limiter le réchauffement à 1,5°C.