/ News / /

La Commission européenne évalue le Plan national belge Energie-Climat

logos-NEKP.jpg

Le 18/6/2019, la Commission européenne a publié ses recommandations concernant le projet des Plans nationaux Energie-Climat 2021-2030 (PNEC). Dans ce plan, notre pays doit indiquer comment il donnera un contenu aux objectifs du Paquet européen Energie-Climat d’ici 2030. Ce projet de PNEC a été soumis à la Commission européenne fin 2018 et fait, jusqu’au 15 juillet, l’objet d’une enquête publique. Le PNEC doit être soumis dans sa forme finale d’ici fin 2019.   

Dans ce rapport d’évaluation, la Commission demande à la Belgique entre autres :

  1. Des informations plus concrètes sur la politiques et les mesures nécessaires pour réduire, d’ici 2030, les émissions dans les secteurs non-ETS (principalement le transport et les bâtiments) de 35% par rapport à 2005 ;
  2. De renforcer sensiblement le niveau d’ambition pour 2030 pour la production d’énergie renouvelable (à minimum 25%) ;
  3. D’augmenter l’objectif de l’efficacité énergétique en baissant la consommation finale d’énergie et en étayant les mesures proposées avec des informations plus détaillées et d’une étude d’impact ;
  4. D’identifier les mesures qui doivent garantir la sécurité d’approvisionnement, par le biais d’une diversification et d’une dépendance énergétique plus basse, comprenant de la flexibilité et une utilisation optimale des réseaux énergétiques ;
  5. Des clarifications au niveau des objectifs et budgets nationaux pour la recherche, l’innovation et la compétitivité, et de les étayer par des politiques et mesures adéquates ;
  6. De renforcer la collaboration régionale, déjà excellente,  au sein du Forum énergétique pentalatéral (collaboration transfrontalière) ;
  7. Plus d’informations qualitatives sur les besoins en investissements, nécessaires pour obtenir les objectifs ;
  8. Une liste de toutes les subsides énergétiques, incluant ceux pour les carburants fossiles, ainsi que des actions pour les supprimer progressivement ;
  9. Une analyse plus approfondie des interactions avec la politique au niveau de la qualité d’air ;
  10. Une meilleure intégration des aspects d’une transition juste et équitable.

 

Plus d’informations :