/ News / /

Engagements de la Belgique au sommet sur le climat des Nations unies à New York

ONU_logo_300px.jpg

Le 23 septembre, les Nations unies ont organisé, à l’initiative du Secrétaire général António Guterres, un sommet sur l'action climatique à New York. Ce sommet avait pour objectif de souligner le besoin urgent d'agir et de créer l'élan politique nécessaire au renforcement des efforts nationaux en matière de climat (énoncés dans l’Accord de Paris dans les Contributions déterminées au niveau national, CDN, ou Nationally Determined Contributions, NDC et dans les stratégies à long terme).

Le Secrétaire général Guterres a appelé les dirigeants du monde entier à se rendre au sommet sur le climat avec des plans concrets et réalistes pour proposer, d'ici 2020, de nouvelles CDN renforcées et ambitieuses ; ces derniers conduiront à une réduction d’ici à 2030 de 45 % de la totalité des émissions mondiales de gaz à effet de serre et placeront le monde sur la voie de la pleine neutralité carbone d'ici 2050. 

Dans ce contexte, un large éventail d'initiatives a également été lancé pour contribuer à un relèvement global du niveau d'ambition. La liste complète des initiatives peut être consultée ici. Certaines de ces initiatives ont également été approuvées par la Belgique.

L'initiative la plus marquante est "l'Alliance pour l'ambition climatique" (Climate Ambition Alliance), qui a été lancée par le Chili (pays hôte de la COP25). Les pays et parties prenantes qui rejoignent cette coalition s'engagent à : 

  • lancer un processus d'élaboration d'une stratégie à long terme vers une neutralité climatique conformément à l'Accord de Paris ; ou avoir déjà fixé l'objectif de neutralité climatique au niveau national d’ici 2050 ; ou avoir déjà élaboré des plans pour atteindre la neutralité climatique d'ici 2050 ;

et/ou

  • s'efforcer d'accroître le niveau d'ambition de leurs CDN d'ici 2020. 

 

UN-ClimateAction-2019_logo.png

 

Engagements de la Belgique 

Dans le cadre de l'Alliance pour l'ambition climatique (Climate Ambition Alliance), la Belgique s’est engagée à lancer un processus visant à parvenir à une stratégie à long terme sur la neutralité climatique.

En outre, la Belgique a approuvé les initiatives et déclarations suivantes : 

a. Une transition juste et des emplois verts pour tous dans le cadre d’une action climatique ambitieuse (à l’initiative de l’Espagne et du Pérou) :

Cette déclaration consiste en un engagement à faire en sorte que la transition durable de nos sociétés et de nos économies se déroule d'une manière juste et socialement acceptable. Les valeurs d'inclusion et de solidarité doivent ici prévaloir.

b. Actions climatiques en faveur de l'égalité des sexes et des droits des femmes (à l’initiative de l’Espagne et du Pérou) :

Cette déclaration comprend un engagement à accorder une attention particulière au rôle des femmes dans la mise en œuvre de la politique climatique. Les femmes sont généralement plus exposées aux effets du changement climatique. L'intégration de la question du genre dans la mise en œuvre de l'action climatique est également nécessaire. La déclaration souligne le rôle essentiel des femmes dans la mise en oeuvre d'une politique climatique ambitieuse, robuste et efficace. 

c. Transition énergétique : plate-forme d'investissement climatique (à l’initiative de l’Éthiopie et du Danemark) :

L'objectif de la plate-forme d'investissement climatique (Climate Investment Platform), qui s'appuiera sur le rôle et les travaux du Fonds vert pour le climat (Green Climate Fund), est de réunir les acteurs publics et privés en vue d’accélérer les investissements dans un développement à faible intensité en carbone et résilient au changement climatique. Dans un premier temps, l'accent sera mis sur la transition dans le secteur de l'énergie afin d'accélérer et d'accroître les investissements dans la transition énergétique de manière à pouvoir développer des CDN plus ambitieuses.

d. Transition énergétique : “Coalition du froid” (à l’initiative de l’Éthiopie et du Danemark) :

8 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre actuellement produites proviennent de la consommation énergétique issue des installations de refroidissement. Dans la mesure où une grande partie de la population mondiale aujourd'hui privée d’électricité aura dans le futur accès à l'électricité et dans le contexte du réchauffement climatique, la part des émissions de gaz à effet de serre dues au refroidissement pourrait tripler d'ici à 2050. Il s'agit donc d'un défi majeur, mais aussi d'une belle occasion pour maîtriser et réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Les membres de la “Coalition du froid” (Cool Coalition) s'engagent à prendre au moins une mesure relative au refroidissement et à inclure un plan national de refroidissement dans la prochaine génération de CDN.

e. Transition énergétique : décarbonisation du transport maritime avec la “coalition zéro” (à l’initiative de l’Éthiopie et du Danemark) :

Cette initiative préconise la construction de navires ne produisant pas d’émissions afin de rentabiliser la production et l'exploitation de ces navires d'ici 2030.

f. Appel à l'action pour plus d’ambitions en matière d'adaptation et de résilience au changement climatique (à l’initiative de l’Égypte et du Royaume-Uni) :

Selon cet appel à l’action, nous ne devons pas uniquement centrer notre attention sur les efforts de réduction des émissions, mais également sur les mesures visant à adapter nos sociétés et notre économie au changement climatique. 

g. Manifeste en faveur de solutions climatiques axées sur la nature (à l’initiative de la Chine et de la Nouvelle-Zélande) :

En signant ce manifeste, les signataires s'engagent à mettre davantage l'accent sur des “solutions axées sur la nature” dans leur politique et dans la mise en œuvre de mesures climatiques.

h. Appel au renforcement des mesures prises à l’échelle locale en faveur du climat (à l’initiative de la Turquie et du Kenya) :

Il s'agit d'un appel à la coopération et à la recherche de synergies entre les différents niveaux de pouvoir, qui souligne le rôle unique des autorités locales pour impliquer les parties prenantes et influer sur le cadre de vie.

i. Engagement “KWON-GESH” jeunes et climat (à l’initiative de l’Irlande et des Îles Marshall) :

Les pays signataires s'engagent à prendre en compte les points de vue des jeunes et de la société civile dans leurs politiques climatiques et en particulier dans l'élaboration de mesures d'adaptation et d'atténuation, de CDN, de communications d'adaptation et de stratégies à long terme. 

 

Pour plus d’informations : https://www.un.org/fr/climatechange/un-climate-summit-2019.shtml