/ News / /

COP24 – Une étape essentielle dans la mise en œuvre de l’Accord de Paris

COP24-presidency-900px.jpg


C’est tard dans la soirée du 15 décembre 2018, soit plus de 24 heures après ce qui était initialement prévu, que la COP24 s’est clôturée avec l’approbation du « Katowice Climate Package ». Cette conférence sur le climat, qui avait également débuté le 21 décembre avec une journée d’avance, fait ainsi partie des conférences les plus longues jamais organisées.

Les messages clés de ce « paquet climat » sont les suivants :

  • Le « Paris Rulebook » qui fixe les modalités d’application de l’Accord de Paris, conclu en 2015 lors de la COP21 ;
  • Le message politique donné par le « dialogue Talanoa » ;
  • De nouveaux accords pour financer la lutte contre le changement climatique.

L’adoption de règles d’application solides de l’Accord de Paris (le « Paris Rulebook ») constitue maintenant un manuel pratique : il indique ce qui doit figurer dans les plans climatiques nationaux, la manière de faire des rapportages sur les politiques climatiques et le déroulement du cycle d’ambition de cinq ans, le but étant in fine d’augmenter progressivement le niveau global d’ambition.

Aucun accord n’a été trouvé sur les règles du marché du carbone. Certaines propositions contenues dans les textes n’étaient pas acceptables, car elles auraient gravement compromis les réductions d’émissions prévues dans le cadre de l’Accord de Paris. Les négociations se poursuivront donc en 2019.

Le dialogue Talanoa*, qui a inauguré le mécanisme d’ambition de l’Accord de Paris, s’est conclu à Katowice par une phase politique. La décision la plus importante de la conférence sur le climat (1/CP.24) se réfère à la fois à ce processus et au rapport spécial du GIEC. Le signal politique n’est cependant pas aussi fort que l’Union européenne et une majorité d’autres pays l’auraient souhaité, à cause de quelques obstructionnistes.  L’Union européenne et les autres membres de la « High Ambition Coalition » se sont néanmoins engagés à relever leurs ambitions climatiques d’ici 2020 et à renforcer leurs contributions déterminées au niveau national (CDN).

Le sommet sur le climat, que le secrétaire général des Nations unies convoquera à New York en septembre 2019, constituera donc une étape importante et permettra de renforcer la dynamique politique en faveur de plans climatiques plus ambitieux en 2020.

Comme toujours, le financement de la lutte contre le changement climatique fait également partie du « paquet climat » :

  • Les bailleurs de fonds feront connaître à l’avance leurs intentions en matière de financement climatique ;
  • Le Fonds d’adaptation continuera de fonctionner dans le cadre de l’Accord de Paris ;
  • À partir de 2020, un nouvel objectif à long terme pour le financement en matière de climat après 2025 sera débattu.

La deuxième semaine de la COP s’ouvrait avec une bonne nouvelle, celle de la conclusion entre les Parties et les peuples indigènes d’un accord portant sur la mise en œuvre de la plateforme destinée aux communautés locales et aux peuples autochtones, accord qui s’est accompagné de la création d’un groupe de travail de facilitation. La manière avec laquelle les peuples autochtones ont été associés au processus de la CCNUCC constitue en soi une véritable innovation.

La COP25 aura lieu à Santiago du Chili en janvier 2020.

Reportages et photos

 

*Le dialogue Talanoa est un dialogue de facilitation sur le niveau d’ambition global. Il a été lancé en 2018 en même temps que le rapport spécial du GIEC sur le réchauffement de 1,5° C, qui en a été la principale contribution. À la COP23 de Bonn, il est rebaptisé « dialogue Talanoa », du nom d’une méthode traditionnelle de gestion des conflits utilisée aux Fidji (alors président de la COP).

COP24-platform-indigenous-people-900px.jpg