/ News / /

La Convention de Vienne : 30 ans d’action pour la protection de la couche d’ozone

La Convention de Vienne, qui vise à améliorer la connaissance de la couche d’ozone (la couche stratosphérique qui protège la terre contre les radiations nocives du soleil), a été adoptée en 1985, il y a 30 ans déjà. En 2009, cette convention est devenue la première convention à atteindre la ratification universelle !

Les objectifs de cette convention sont  :

  • de promouvoir  la coopération des Parties par des moyens d’observations systématiques, de recherche et d ’échange d'informations sur les effets des activités humaines sur la couche d'ozone
  • d'adopter des mesures législatives ou administratives contre les activités qui peuvent avoir des effets indésirables sur celle-ci.

La Convention de Vienne n'exige pas des pays de prendre des actions concrètes pour contrôler les substances qui épuisent la couche d’ozone. Au lieu de cela, conformément aux dispositions de la Convention, les pays du monde ont accepté le Protocole de Montréal pour avancer vers ce but (comparable au Protocol de Kyoto, qui est une sorte d’arrêté d’exécution de la Convention-cadre des NU sur le climat).

Les Parties à la Convention de Vienne se rencontrent une fois tous les trois ans comme cela a été le cas fin 2014, à la suite de la Réunion des Parties du Protocole de Montréal, pour prendre des décisions sur l’administration de la Convention. 

La Belgique, qui est très active sur ce thème et contribue aux activités de recherche et d’observation de la Convention, s’y implique directement.

L’Europe, en ce compris la Belgique, ont aussi adopté une législation propre visant à mettre en œuvre les obligations découlant du Protocole de Montréal, mais en mettant la barre encore plus haut par des mesures plus ambitieuses, dans son règlement 1005/2009.