Biomasse et biocarburants

L'approvisionnement en énergie est un défi majeur dans le monde entier : l'accroissement de la population et la hausse du niveau de vie exigent toujours plus d'énergie, alors que les sources de carburants classiques (fossiles) se raréfient. Entre-temps, la biomasse est venue occuper une part déjà considérable de notre approvisionnement en énergie et cette part continuera d'augmenter.

La biomasse est une source d'énergie renouvelable pouvant être mise en œuvre dans la recherche d'une réduction des émissions de gaz à effet de serre. Ainsi, la biomasse trouve des applications dans le chauffage, la production d'électricité et – sous forme de biocarburants – comme carburant pour les véhicules.

Bien que la biomasse soit cultivable et constitue donc une matière première pour la production d'énergie renouvelable, la bioénergie issue de la biomasse n'est pas, par définition, neutre en carbone. L'importance des émissions de gaz à effet de serre de la bioénergie dépend de multiples facteurs tels que :

  • la nature de la biomasse utilisée comme matière première,
  • le mode de culture de cette biomasse,
  • le mode de traitement de la biomasse pour la transformer en biocarburant,
  • le lieu où la biomasse est cultivée,

Pour garantir que l'utilisation de biocarburants à base de biomasse – en substitution aux combustibles fossiles – débouche effectivement sur une diminution des émissions de gaz à effet de serre, divers critères de durabilité ont été définis auxquels ces biocarburants et la biomasse sur la base de laquelle ils sont produits, doivent satisfaire.

Le processus d'implémentation de ces critères de durabilité est en cours.

Des études sont également en cours sur la manière dont il convient de prendre en compte les changements indirects dans l'utilisation des sols (indirect land use change ou ILUC) dans l'évaluation des biocarburants.

Ces critères de durabilité et l'aspect ILUC sont des thèmes extrêmement pertinents dans l'élaboration de la politique en cette matière. Le service Changements climatiques suit dès lors de près cette évolution et participe activement au débat.