Prémices : vers Rio

Quelques dates-clés dans l'historique de la politique climatique.

 

1979 : une première conférence mondiale sur le climat reconnaît le problème

C'est en 1979 que le changement climatique est reconnu pour la première fois comme étant un grave problème de portée mondiale, lors de la première Conférence mondiale sur le climat tenue à Genève sous les auspices entre autres de l'Organisation météorologique mondiale (OMM) et du Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE; en anglais: UNEP - United Nations Environment Program). A l'issue de cette conférence, un appel est lancé à tous les gouvernements du monde afin de prévenir les changements climatiques pouvant résulter des activités humaines et susceptibles de nuire à l'humanité.

 

1988 : la Conférence de Toronto lance un premier appel à la réduction des émissions

Un premier appel en faveur d'objectifs concrets de réduction des émissions de gaz à effet de serre est lancé durant la Conférence de Toronto en 1988. Des scientifiques, des politiciens et des fonctionnaires de 48 pays et des Nations Unies en appellent à une réduction de 20 % des émissions de CO2 pour 2005.

 

1988 : création du GIEC, un réseau international de scientifiques

Toujours en 1988, l'Organisation météorologique mondiale (OMM) et le Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE) mettent sur pied le Groupe d'experts Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat (GIEC, ou en anglais IPCC -Intergovernmental Panel on Climate Change). Ce réseau international qui regroupe plus de 2000 scientifiques a reçu pour mission de dresser un état des lieux relatif :

  • aux connaissances scientifiques existantes sur le système climatique
  • aux conséquences du changement climatique pour l'environnement, l'économie et la société
  • aux stratégies possibles (implications de politique) pour faire face à ces bouleversements

Deux ans plus tard, en 1990, le GIEC publiait les résultats de ses travaux dans un premier "Rapport d'Evaluation", suivi de nouvelles éditions en 1995, 2001, 2007 et 2013. Ce quatrième rapport représente une étape importante dans le développement de la politique en faveur du climat : il exclut en effet, une fois et pour toutes, les « incertitudes scientifiques ».

 

1990 : une deuxième conférence mondiale plaide en faveur d'un traité sur le climat

En 1990, les Nations Unies et l'OMM organisent, une fois encore à Genève, la deuxième Conférence mondiale sur le climat à laquelle participent des représentants de 137 pays et de l'Union européenne. Cette conférence se clôture par un appel en faveur de l'adoption d'un traité international relatif au changement climatique. En décembre de cette année, l'Assemblée générale des Nations Unies décide d'entamer des négociations qui doivent déboucher au plus tard en juin 1992 sur une convention-cadre concrète.

 

Plus d'infos: