Politique belge en matière de climat

Suite à la structure fédérale particulière de la Belgique, la politique de notre pays en matière de climat est assez compliquée : les compétences sont réparties entre les régions et le pouvoir fédéral, et plusieurs organes de décision sont concernés.

La structure fédérale implique que les objectifs de réduction de 7,5 % (par rapport aux niveaux d’émission de 1990) ne peuvent être atteints que via un partage de la charge entre le pouvoir fédéral et les pouvoirs régionaux.

Cette rubrique est consacrée principalement à la politique au niveau national et fédéral (pour ce qui concerne la politique des régions en matière de climat, se référer aux sites web des différentes régions, mentionnés en bas de page). Cette rubrique s’intéresse également aux réalisations concrètes.

Les grandes installations industrielles, par exemple, se sont déjà vu attribuer des quotas d’émission via un Plan national d’allocation ; ces quotas sont gérés à l’aide d’un registre national des gaz à effet de serre, qui prévoit également un système d’échanges d’émissions.

Outre les mesures “internes” sur le territoire national, le pouvoir fédéral s’attache également à atteindre les objectifs nationaux de réduction par l’achat de droits d’émissions en investissant à l’étranger (ce que l’on appelle les projets MOC/MDP).

La politique en matière de climat est une entreprise de longue haleine : c’est pourquoi des travaux préparatoires sont d’ores et déjà menés pour la « période post-Kyoto », la période après 2012.

Un système réglementé (et obligatoire) de rapportage permet d’évaluer et de recadrer la politique belge en matière de climat.

 

Politique régionale en matière de climat: