NOUVEAU RAPPORT DU GIEC SUR l’ATTENUATION DES CHANGEMENTS CLIMATIQUES: Appel à l’action urgente pour réduire les émissions de gaz à effet de serre

WGIII_AR5_Cover_web.jpg

Le GIEC, groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, a publié le 12 avril 2014 la troisième et dernière partie de son 5ème rapport d’évaluation : « Changements climatiques 2014: Atténuation des changements climatiques ».

Ce dernier volet souligne l’accélération récente de la croissance des émissions mondiales de gaz à effet de serre, en lien avec les changements de l’économie mondiale, et présente les options technologiques et comportementales ainsi que  les trajectoires d’émissions compatibles avec différents niveaux de stabilisation du système climatique.

Le maintien du réchauffement mondial sous la barre de 2°C reste possible, mais nécessite des actions drastiques et urgentes, au niveau mondial. Tout retard dans l’action entraîne des coûts supplémentaires et réduit les chances d’ atteindre l’objectif de 2°C.

Les principales conclusions de ce rapport sont reprises dans un « Résumé à l’intention des décideurs ».

Voici brièvement quelques éléments-clés :

  • La croissance des émissions de GES s’est accélérée la dernière décennie, et ce malgré la crise économique  
  • Le CO2 associé à la consommation énergétique est de loin le principal contributeur aux émissions mondiales 
  • La limitation du réchauffement à 2°C maximum par rapport à l’ère préindustrielle reste possible mais implique une réduction forte et rapide des émissions au niveau mondial notamment par des changements à grande échelle dans les systèmes énergétiques
  • Pour une telle transition, les options technologiques existent
  • Les engagements actuels de réduction des différents pays sont largement en-deçà des niveaux requis pour maintenir le réchauffement sous les 2°C ;
  • Tout retard augmentera la difficulté de la transition vers de faibles émissions et réduira l’éventail des options d’atténuation
  • Les scénarios d’atténuation compatibles avec l’objectif de 2°C engendrent une série de co-bénéfices significatifs (sécurité énergétique, diminution de la pollution de l’air, préservation des écosystèmes, bien-être,…) 
  • Les comportements et modes de vie présentent un potentiel d’atténuation important 

Les conclusions de ce rapport apporteront un éclairage important dans le cadre du processus de négociations internationales devant aboutir à un accord mondial sur le climat lors du sommet de Paris en décembre 2015, ainsi que dans le processus engagé au niveau européen afin de définir un nouveau cadre européen climat / énergie pour la période 2020-2030.

Au niveau belge, ce rapport pourrait également redonner une impulsion aux négociations internes, actuellement toujours dans l’impasse, sur la répartition des efforts entre les différentes autorités (Régions et Etat fédéral) à l’horizon 2020.

Une synthèse générale des travaux de ce 5ème rapport devrait sortir en octobre 2014.

 

Découvrez les éléments-clés du rapport en images ( vidéo de 11min réalisée par la GIEC, en anglais) 


Plus d’infos :