Impact sur la santé

Les changements climatiques affectent de manière directe (canicules, évènements climatiques extrêmes) et indirecte (migration forcée, allongement du temps passé à l'extérieur, utilisation croissante des systèmes de refroidissement, etc..) la santé humaine.

Selon l’OMS, les changements climatiques pourraient provoquer 250.000 décès de plus chaque année à partir de 2030, causés par la malnutrition, la malaria, la diarrhée et les vagues de chaleur. Les coûts directs sur la santé liés au changement climatique sont estimés entre deux et quatre milliards de dollars par an d’ici 2030.

 

Impacts directs

Les vagues de chaleur ont un impact significatif défavorable sur la santé : déshydratation, coups de chaleur, épuisement. Elles engendrent une augmentation de la mortalité et de la morbidité, en particulier auprès des publics vulnérables (nourrissons et jeunes enfants, personnes âgées et sportifs de haut niveau). L'été caniculaire de 2003 a provoqué un nombre de décès prématurés de l'ordre de 20 à 30.000 cas en Europe, suite à des affections cardiaques, vasculaires et/ou pulmonaires. L’augmentation prévue de la fréquence et de l'intensité des vagues de chaleur risque donc d’entraîner une augmentation de la mortalité dans les décennies à venir.

Les événements climatiques extrêmes tels que inondations, tempêtes, feux et sècheresses exercent également un impact direct sur la santé. Les inondations, qui touchent des millions de personnes en Europe chaque année, affectent ainsi la santé humaine de différentes manières: noyade, crises cardiaques, blessures, infections, conséquences psychosociales, etc. Ces évènements extrêmes devraient voir leur fréquence et intensité augmenter  à l’avenir suite aux changements climatiques.

 

Impacts indirects

Mais les conséquences indirectes des changements climatiques sont probablement plus importantes encore, notamment au niveau de :

  • l'approvisionnement en eau et la production de nourriture : les risques de pénuries d'eau et d’affaiblissement des récoltes pourront engendrer déshydratation et malnutrition
  • l’augmentation du nombre de maladies à transmission vectorielle suite à une plus grande dispersion de leurs agents de transmission : tiques, moustiques, phlébotomes, etc. Les changements dans la longueur des saisons, les précipitations, l'humidité et la température peuvent augmenter la distribution et les chances de survie tant des vecteurs que des agents pathogènes. Par conséquent, les changements climatiques devraient modifier indirectement la portée de certains vecteurs de maladies infectieuses tels que :
    • maladie de Lyme, transmise par les  tiques. Cette maladie est à l'heure actuelle en pleine expansion dans nos contrées, en Europe centrale et dans les Etats baltes. Les changements climatiques sont considérés comme la cause principale du déplacement vers le nord de l’Europe d’une espèce de tiques .
    • dengue, une maladie virale transmise par des moustiques
    • bilharziose (schistosomiase), qui utilise des mollusques aquatiques comme hôtes intermédiaires
    • malaria, suite à l'extension de l'aire de répartition des moustiques vecteurs. Il n'est pas exclus que la malaria puisse se répandre au nord de la mer Méditerranée.
  • risques liés à la détérioration de la qualité de l’eau (par une croissance accrue de bactéries et d'algues toxiques) et aux intoxications alimentaires: beaucoup de maladies sont contractées par des aliments ou de l'eau contaminés (p.e.: choléra et dysenterie). L’augmentation de la température de l’eau peut favoriser le développement de bactéries ou algues responsables d’intoxication alimentaires. Les fortes précipitations peuvent engendrer la mobilisation d’agents pathogènes ou une contamination de l'eau de débordement des égouts. La réduction des débits d'eau en été peut augmenter le risque de contamination bactérienne et chimique. Les maladies infectieuses sensibles à la température, telles que les infections d'origine alimentaire (Salmonella sp. et autres.) sont susceptibles d'augmenter.
  • l’augmentation de la concentration d’ozone troposphérique en été (problèmes respiratoires) . On estime que l’exposition excessive à l'ozone troposphérique  cause chaque année près de 20 000 décès prématurés en Europe. Une étude européenne récente a simulé, grâce à un modèle informatique, l’impact des changements climatiques sur la qualité de l’air en 2010 et l’a comparé avec l’année de référence 1990. Selon les chercheurs, de grandes zones de l’ouest de l’Europe connaîtront des pics d’ozone plus élevés à cause des changements climatiques, engendrant une augmentation des niveaux quotidiens de morbidité et de mortalité.
  • l’augmentation des troubles allergiques : la hausse de température favorise notamment l’allongement de la durée de pollinisation mais également le développement de certaines plantes allergisante (et invasives) comme l’ambroisie. La hausse des températures combinée à la diminution des précipitations au moment de la dispersion du pollen  conduisent à des concentrations plus élevées de pollen dans l'air pendant la haute saison. 

Les impacts sur la santé publique ne seront certainement pas les mêmes pour tous. Étant donné que la santé et le bien-être sont aussi étroitement liés à des facteurs socio-économiques (revenu, logement, emploi, éducation, mode de vie, etc.), les effets des changements climatiques devraient amplifier les inégalités en matière de santé au sein des pays et entre ceux-ci, augmenter la vulnérabilité des groupes à faibles revenus et de certains groupes comme les enfants, les personnes travaillant à l'extérieur, les personnes âgées, ou les personnes déjà malades.

Certains effets positifs sont également possibles comme une diminution modérée de la mortalité liée au froid dans certaines régions, mais ceux-ci seront largement contrebalancés par l’ampleur et la sévérité des impacts négatifs.

 

Plus d’infos :

  • le 5ème rapport d’évaluation (première partie ) du GIEC intitulée « Changements climatiques 2013 : les éléments scientifiques »
  • Agence Européenne de l’Environnement, 2012. Climate change, impacts and vulnerability in Europe 2012 – an indicated based report, issn 1725-9177. Last update: aout 2014
  • E. Brits, B Verhagen, M. Dispas, H. Van Oyen, Y. Van er Stede, A. Van Nieuwenhuyse. Décembre 2009. ‘Climate change and health – set-up of monitoring of potential effects of climate change on human health and on the health of animals in Belgium’, 54 pp
  • Commission Européenne, Bruxelles 2009, LIVRE BLANC ‘Adaptation au changement climatique: vers un cadre d'action européen - Les effets du changement climatique sur la santé humaine, animale et Végétale’ (COM(2009) 147 final)
  • Geoportail E3
  • Organisation mondiale de la santé, Fact sheet N°266 révisée en aôut 2014