Passer à l’électricité verte

energie-verte_Fotolia_Eyematrix_950px.jpg
L’énergie standard est produite par des centrales à combustibles fossiles (pétrole, gaz naturel ou charbon) ou nucléaires. Cette production entraîne soit l’émission de gaz à effet de serre et d’autres substances polluantes (NOx, SO2, particules fines,…), soit la production de déchets radioactifs.

Et quand on sait que 1 kilowatt heure d’électricité consommée demande une production d’environ 3 kwh par une centrale, on prend conscience de l’ampleur que cela représente en terme d’émissions !

La production d’énergie renouvelable n’entraîne quant à elle aucune émission de gaz à effet de serre ou très peu (dans le cas de la biomasse, on parle d’émissions « neutres en CO2 » ; voir explications plus bas). Le passage à l’énergie verte aura donc un impact positif sur vos propres rejets de CO2, sur le climat et sur l’environnement.

Pour passer de l’énergie standard à l’énergie verte, c’est simple : il vous suffit de signer un papier auprès du fournisseur d’énergie verte de votre choix. Il prendra en main votre transfert. Pour comparer les conditions des différents fournisseurs, consultez :

  • les sites internet des régulateurs régionaux:
    • le régulateur bruxellois pour les marchés du gaz et de l'électricité: BRUGEL 
    • la Commission Wallone pour l'Energie : CWaPE
    • la Région flamande : Vlaamse Regulator van de Elektriciteits- en Gasmarkt : VREG
  • le site http://monelectriciteverte.be : ce site donne un "score" de tous les fournisseurs belges d'énergie verte

 
Les énergies renouvelables en bref

Par opposition aux énergies de stock (qui sont limitées dans le temps comme le pétrole, le charbon, etc.) et qui produisent des gaz à effet de serre lors de leur combustion, les énergies renouvelables font partie des énergies dites « de flux » puisqu’elles sont fournies par les éléments naturels tels que le vent, l’eau, la terre, le soleil et le vivant qui sont par définition « inépuisables » et que leur exploitation n’engendre pas ou peu de déchets et d’émissions polluantes. Le soleil est le moteur principal de ces sources d’énergie car il influe sur les marées, les courants atmosphériques, la croissance des plantes, etc.

Les sources d’énergie renouvelable sont classées en cinq grandes familles : 


panneaux_PV_123rf_10447178_450px.jpg

L’énergie solaire

L’énergie solaire peut être utilisée de deux manières ; soit en utilisant l’énergie de la lumière produite par le soleil (le photovoltaïque qui produit de l’électricité), soit en utilisant la chaleur des rayons (le thermique pour la production d’eau chaude).

eolien_123rf_44204869_Zych_.jpg

L’énergie éolienne

L’énergie éolienne est l’énergie du vent, qui est lui, produit grâce au soleil. Le soleil chauffe la terre et l’air qui se trouve près de la surface. L’air se dilate, devient plus léger et monte. En montant, il crée une "aspiration" au niveau du sol et de l’air froid vient le remplacer, ce qui crée le vent. Cette énergie est transformée en électricité grâce aux éoliennes.

hydro_moulin--eau_450px.jpg

L’énergie hydraulique

 L’énergie hydraulique est - entre autres - l’utilisation de la force motrice des cours d’eau ou des chutes d’eau via des turbines installées à l’endroit de barrages, créant ainsi de l’électricité. Il s’agit de la deuxième source d’énergie renouvelable dans le monde.

geothermie_123RF_Pilens-Photo_450px.jpg

La géothermie

La géothermie, ou énergie de la terre, est l’exploitation de la chaleur stockée dans le sous-sol. Cette énergie peut être utilisée pour produire soit de la chaleur soit de l’électricité. Une multitude d’applications sont possibles, selon les techniques utilisés, les besoins et surtout la température qui sert de repère pour bien cerner la géothermie.

biomasse_Fotolia_Bigbeef_450px.jpg

L'énergie du vivant (biomasse, biogaz et biocarburants)

Les plantes absorbent l’énergie du soleil en poussant (c’est le principe de la photosynthèse) et fabriquent des matières organiques (biomasse comme le bois). Cette biomasse peut être soit brûlée soit être transformée en biogaz par la fermentation, gaz qui à son tour peut être brûlé. L’énergie stockée est alors libérée lors de la combustion soit pour faire bouger une voiture soit pour produire de l’électricité (par ex dans une centrale). Lors de cette combustion, du CO2 est évidemment libéré mais puisque les plantes l’ont absorbé auparavant (pendant leur croissance) on parle d’une opération ‘neutre en CO2’.